présentation
Accueil  [ Association]  [ Activités]  [ chorale]  [ présentation]


PRESENTATION DE NOTRE NOUVELLE CHORALE

L’Association Sport Loisirs et Culture de Noailhac a ouvert, en son sein, une activité supplémentaire qui est un atelier choral.

Depuis longtemps la chorale, qui existe sur Noailhac est paroissiale.

Son besoin de s’élargir vers un registre de chants occitans ; profanes et cultuels, s’est fait ressentir vers 2005. Son succès grandissant, c’est tout naturellement que la chorale a intégré l’ A. S. L. C. pour la continuité des chants populaires occitans.

Pour que vous puissiez en savoir plus sur cet ensemble choral, voici ce que nous avons pu découvrir, et nous allons vous raconter la petite histoire, dans le temps, de ce qui tient à cœur les Nostradamols : la chorale.

PETITE HISTOIRE DE LA CHORALE NOSTRADAMOLE

Comme vous le savez, et nul ne contredira, la paroisse possède une chorale qui fait l’admiration et donne du plaisir aux personnes qui assistent aux offices religieux. Il est vrai (peut-être ?) que les qualités acoustiques, que donne la voûte de cet édifice, accompagnent admirablement le chœur des successives chorales de la paroisse Notre-Dame de Noailhac.

‘’ La paroisse a toujours eu de belles voix réunies en un groupe de chantres qui se plaçaient dans les stalles situées autour du chœur. Il était un temps où les églises et son clergé bénéficiaient d’un soutien financier très important de la part de la noblesse locale ; et il était de bonne convenance que cela lui soit rendu de façon respectueuse. Dans notre pays Nostradamol la chorale allait, tel les troubadours, au devant de ces bienfaiteurs pour les complimenter et les remercier par des chants, lors des grands évènements qui se produisaient dans leur famille. Par cela, nous pouvons affirmer que la chorale de l’église de Notre-Dame de Noailhac est plus que centenaire ; car nous détenons ce que les chantres de Notre-Dame ont chanté, au château de La Gineste, à l’occasion du mariage de Michel de Boisséson et de Mademoiselle Gabrielle Payan d’Augery, le 26 juin 1895 :

I

Que les échos de Notre-Dame, Répétant à l’aimable Dame Ainsi qu’à son nouveau seigneur, Nos compliments et nos souhaits de bonheur. Grand Dieu entends notre prière, Daigne aussi bâtir leur carrière Puissant St Michel bienheureux Gabriel, Exaucez nos vœux du ciel. Que les échos

II

Le bonheur montera la garde Des doux foyers des Boisséson Et Notre-Dame de la Garde Veillera sur notre beau vallon Elle est leur espérance Elle sera leur providence Elle même gardait cet abri A l’enfant des d’Augery Que les échos

III

Si du beau ciel de la Provence Notre vallon envoie l’éclat Reçut-il de la Providence Une chose qu’elle enviât : L’émeraude de sa prairie, Du doux carillon l’harmonie L’ombre de ses bois et son clair ruisseau, Le trouvent-ils dans sa Crau. Que les échos

IV

Les d’Augery dans la famille Des Boisséson et des de Pins Trouveront des blasons où brillent L’honneur des Lonjon des Poncins Des St Félix, des Lavalette, Des Gauléjac, des St Julien A les tous fêter que chacun s’apprête Par un gai refrain. Que les échos...... .(**)

Comme nous pouvons le voir, c’est un compliment qui touche toute la filiation de cette famille ainsi que son environnement. ************************* En 1903, il y avait toujours une belle chorale à Notre-Dame et le même rassemblement s’étant produit au château de La Gineste, nous possédons le texte original, écrit en patois local, par Isidore de Boisséson, pour remercier les chantres qui avaient chanté à l’occasion de son mariage.

Voici la traduction. Notre-Dame le 20 Xbre 1903 Toast porté par Isidore de Boisséson aux jeunes de Notre-Dame.

Amis, aujourd’hui ici nous continuons la noce Et je veux que de rire en teniez une bosse Aussi je me garderais de vous parler français Vous vous truferez beaucoup plus de m’entendre en patois
Au château l’autre jour, quel grand étonnement Pour Madame et pour moi, d’entendre au moment Où nous venions de dîner, toute cette musique. Quels sont ces chants ? Peut-être c’est un cantique Pour le jour de Noël ? Non. C’est Notre-Dame Qui vient pour ma fête et pour fêter Madame.

Avec un grand papier, déjà je vois Houlés Derrière lui vient Cabrol, Caminade, Barthés Caretto et Bernard et toute la jeunesse Qui veut nous bien recevoir, qui en a fait la promesse.

Les parents au salon tous de s’étonner Qui le leur a appris ? Qui sait si bien chanter ? Dans ce pays c’est chose bien facile L’on apprend à chanter plus vite qu’à la ville. Le métier a tisser a tôt fait de donner l’écho Au merle, au rossignol, aux oiseaux du vallon.

Chantez le papillon, chantez les pâquerettes A l’église aussi quand brûlent les chandelles. Devant Notre Seigneur le monde agenouillé Vous entend bien chanter. Dieu vous a remercié Un jour vous avez trouvé au plateau de la quête Un joli harmonium, avec un organiste !

Maintenant, pour travailler pour la France, amis, Et chanter le Seigneur nous serons toujours unis Chanter en travaillant sera notre devise D’où que vienne le vent, de l’autan ou de bise Ensemble en chantant, nous volerons au combat Et bientôt de la victoire, le chant sera chanté.

Mon plaisir, mes amis, c’est que ça peut pas se dire Auprès de vous de chanter, boire, trinquer et rire Pour fêter mon bonheur ! A lui tout l’honneur, Qui vous a réunis : Vive monsieur l’curé ! ! ! (**)

(*) Peut-être est-il fait mention de l’harmonium offert par la Vicomtesse de Cassagne en 1890.

(**) Ces documents nous ont été prêtés par M. Amédée de Boisséson, du château de la Gineste ; mais nous n’avons pas la musique. Nous pouvons apercevoir, au travers du couplet 6 du dernier chant que le patriotisme est présent ; car la défaite de 1870/1871 est encore mal acceptée et des pressentiments et appréhensions d’une autre guerre (1914/1918) sont de plus en plus fondés.

Comme nous pouvons le constater, il est des noms qui reviennent en mémoire aux anciens du village. Qui n’a pas connu les ‘’Edouard dé Caretto’’, les ‘’Caminade’’, les ‘’Barthés’’ et .... les autres ? Constantin de Boisséson nous contait que dans les années qui ont suivi la guerre de 14/18, il s’y comptait un chœur d’homme de plus de 14 participants ; par la suite ce groupe s’est amenuisé et il n’est resté que trois puis un seul chantre. Les plus connus étaient Edouard Bouissière (Edouard dé Carréto), Louis Bouissières (Nabos).

Vers 1946 un groupe adolescents de Noailhac, ayant la voix sure, et trouvant certainement trop languissants les cantiques et psaumes interprétés par ces ténors eurent l’idée de ‘’faire concurrence’’ et d’apporter par leurs jeunes voix un ton de fraîcheur sous la voûte.

Raymond Bonnafous, Joseph Molinier, les frères Cauquil et d’autres jeunes se hissèrent à la tribune et au moment de la communion que donnait l’abbé Gros, entonnèrent un cantique. Cela ne fut pas du goût du servant qui arrêta la communion et les réprimanda sévèrement ; mais après mûre réflexion, il les convoqua un mercredi au presbytère où bien sûr, ils s’attendaient à un sermon pas trop ‘’catholique’’. Il y eut des félicitations puis il leur fit servir un ‘’quatre-heure’’ composé de choux à la crème, excellemment fabriqués par Elodie, la servante du curé, déesse de la cuisine. A l’issue de goûter il s’excusa, disant qu’il croyait qu’ils s’amusaient et semaient le désordre, et leur demanda de continuer d’animer les offices.

En 1946, sous l’impulsion de l’abbé Pistre, prêtre de la paroisse, il y eut un nouveau départ de la chorale. Pratiquement toute la jeunesse de la paroisse, filles et garçons, se retrouvait une fois par semaine pour les répétitions, avec l’abbé Pistre comme chef de chœur et Mlle Henriette de Boisséson (de La Belotterie) comme organiste. L’ensemble comptait environ trente éléments. Cette chorale avait sa renommée et parfois allait, à la demande des paroisses voisines, animer les offices à l’occasion de fêtes.

Cette chorale s’étiolait et c’est grâce au courage, à la volonté et la persévérance de Raymond Bonnafous qu’elle survécut et s ‘étoffa dans les années 80/90 avec l’arrivée de nouveaux éléments. Jusque vers 2004 elle ne faisait qu’animer, avec réussite, les offices par des chants. Pour les premières Journées du Patrimoine Pastoral qui eurent lieu à Noailhac, de 2005, un concert fut donné avec la chorale de la Musarelle, de Mazamet, et la soprano Antoinette de Boisséson qui deviendra le chef de chœur de notre chorale qui se diversifiera vers un côté chorale mixte, cultuel et culturel.

Depuis, sont réunis dans cet ensemble vocal des éléments des communes et paroisses voisines et a pris le nom de Chorale de la vallée de la Durenque : ‘’ Echos sous la voûte’’.

Ce qui fait la particularité de cet ensemble vocal c’est son registre de chants en occitans, aussi bien religieux que profane. C’est pour l’Epiphanie 2006 qu’elle donna son premier concert public en l’église de Noailhac.

En septembre 2006, pour les journées du Patrimoine, la chorale donna un concert, suivi d’un autre le 7 Janvier 2007, pour l’Epiphanie, où elle interpréta d’anciens chants de Noël en occitan.

Que se soit par sa participation aux animations d’offices religieux, aux concerts spirituels ou encore profanes, toutes ces manifestations sont très appréciées. Ce sont d’ailleurs par des chants de prière traduits en occitan que la messe à Noailhac des Journées du Patrimoine 2007 a été animée et a connu un certain succès.

Cette chorale continue sur deux tableaux, le profane et le spirituel, et ces deux activités sont distinctes ; ce qui permet à chacun de choisir de chanter où dans le cultuel où le profane. Le programme pour le concert de l’Epiphanie 2008 a connu son grand succès habituel.

Elle peaufine son programme de chants occitans populaires anciens pour les concerts à venir.

La chorale s’est déjà produite pour l’Association Rétina France à Labruguière en 2006, Payrin en 2007, et pour une association de non voyants à Augmontel en 2007.

La chorale s’est produite à l’occasion des ‘’Nadalets’’ au ‘’Centre Occitan del Païs Castrès’’ rue du Consulat à Castres l’après-midi du Samedi 8 Décembre avec l’interprétation de chants occitans.

Pour tout renseignement concernant cette activité, vous pouvez contacter : Mlle Antoinette de Boisséson 06 13 45 76 32  : M. Michel Batignes 05 63 74 29 34  : Mme M. Claude Bénazech 05 63 50 88 72 ou : André Blattes 05 63 50 53 81

Si vous aimez chanter ne vous privez pas, car comme le chante Gérard Lenorman : ‘’ Une chanson, ça évoque toute une époque de notre vie, et une chanson ça efface le temps qui passe sans faire de bruit’’.

Sur un autre registre, St Augustin n’a-t-il pas dit : ‘’ Cantare amantis est’’. (Chanter est le propre de celui qui aime)

Si vous jouez d’un instrument de musique, venez, vous serez bien accueilli.

Les responsables de cette nouvelle activité au sein de l’association vous tiendront au courant des différents concerts que la chorale donnera.

Site internet : www.noailhac-tarn.com

ALSC